Vous êtes ici
Home > Essais Sportives > Corvette > Corvette C6 Limited Edition « Competition »

Corvette C6 Limited Edition « Competition »

WELCOME STRANGER !

La Corvette est bien plus qu’une voiture de sport, elle est un symbole de « l’American Way of Life ». De New York à la côte californienne, si vous avez réussi aux states, il y a fort à parier qu’une Corvette se cache derrière votre porte de garage. Sur notre vieux continent les clichés ont la dent dure, la Corvette c’est une « gueule » avec un gros V8 sous le capot et deux pneus arrière surdimensionnés toujours prêts à allumer le bitume… uniquement en ligne droite !
Mythe ou réalité en 2013 ?

Corvette C6 competition L’essai d’une Corvette est une grande première pour moi, l’occasion d’enrichir ma base de données personnelle et de m’ouvrir à de plus vastes horizons. Je l’avoue, je me suis documenté un peu plus que d’habitude sur le sujet, afin de m’imprégner des 60 ans d’histoire dont est issue la C6 que j’ai sous les yeux.

Série limitée présentée en 2008 destinée uniquement au marché européen, la Corvette C6 « Competition » célèbre les victoires de la version course C6 R engagée en championnat d’endurance ALMS (American Le Mans Series). L’occasion pour moi de vérifier si cette C6 « Competition » n’usurpe pas son patronyme.

Une américaine qui a la ligne

Profil élancé, capot interminable, arrière tronqué… pas de doute ! nous sommes bien en présence d’une Corvette, LE symbole de l’automobile sportive américaine. Voilà plus d’un demi siècle que cette ligne détourne les regards sur son passage, évoluant au fil des décennies et sortant presque indemne des années 80 !
Le détail le plus notable de cette 6e génération est la disparition des phares escamotables, une particularité technique qui faisait partie intégrante du style Corvette depuis la C1 de 1953 mais avec la C5 disparait ce système original qui n’a jamais réellement trouvé sa place dans l’industrie automobile.
Heureusement, les 4 feux ronds incrustés dans le panneau arrière qui rendent la voiture identifiable au premier coup d’œil lorsqu’elle vous dépasse sont toujours là ! comme cette lunette arrière en verre qui prolonge la ligne de toit jusqu’à la poupe.
Grâce à ses lignes bien nées et quelques signatures stylistiques, la Corvette a su évoluer tout en restant fidèle à son concept, son dessin semble aujourd’hui aussi indémodable que celui de la Porsche 911 sur notre vieux continent.

Intérieur

En ouvrant la (longue) portière, notre ricaine dévoile un intérieur sombre et classique, pas de cuir à franges colorées ni d’accessoires chromés… Damned tout ça est bien sobre ! du noir, du noir et … du gris… à se demander si la concurrence allemande ne serait pas dans la ligne de mire de l’oncle SAM.
Si Stuttgart est dans le viseur, la qualité générale nous renvoie bien vite de l’autre côté de l’atlantique, assemblage et matériaux ont progressé mais restent en deçà de nos standards européens, dommage… car une petite touche de délire US nous aurait davantage conquis qu’un intérieur à la sauce européenne.

Ne boudons pas notre plaisir, nous sommes à bord d’une Corvette ! volant et levier de vitesses sont plutôt sympas et tombent bien sous la main, l’instrumentation est complète avec un ensemble compteur / compte-tours imbriqués très lisible et agréable à l’œil. Les sièges baquets bien rembourrés vous accueillent confortablement et je m’imagine  déjà cruisant sur les côtes californiennes, coude à la portière et cheveux au vent…

Glouglou…

Ne voyez dans ce titre aucune allusion à une descente rapide de super 98 dans les admissions de la bête (quoique…) mais plutôt au son émit par le bon gros V8 qui se trouve sous son capot. Avec une confortable cylindrée de 6.2L, le bouilleur parait presque à l’étroit sous l’immense capot de la C6. Installé en position longitudinale, largement recentré vers l’habitacle, il est idéalement implanté pour délivrer efficacement ses 437cv et son énorme couple de 575Nm !
Les jantes de 19′ chaussées de pneus en 285 semblent prêts à passer la cavalerie au sol et les freins correctement dimensionnés pour freiner tout ça après un galop à pleine charge…

Trackday

Rendez-vous donc sur le circuit Circuit Bugatti pour la première partie de l’essai avec Olivier, qui a eue la bonne idée de prendre votre serviteur comme instructeur pour sa première journée sur circuit. Sans être passionné d’automobile, Olivier a craqué sur cette C6 competition il y a quelques mois et a souhaité s’essayer à une conduite dynamique à son volant. Après le traditionnel briefing et les vérifications d’usage nous entrons en piste et je découvre, une fois n’est pas coutume, la voiture en passager. Olivier s’insère dans le trafic en adoptant un rythme progressif, profitant de l’impressionnant couple moteur. Les premiers appuis en virages semblent déjà intéressants pour une auto de ce poids et de ce gabarit. Les tours s’enchainent, la technique progresse, le rythme augmente tout comme la pression des pneus qui commence à s’affoler au tableau de bord… debriefing, ajustement des pressions pneumatiques, retour en piste avec cette Corvette qui commence à m’intriguer… à m’étonner…

Je prends place derrière le volant, il est temps de voir si les impressions ressenties dans le siège de droite se confirment commandes en mains. La position de conduite est bonne, presque trop confortable pour l’utilisation circuit qui nous attend !
Sortie des stands et premiers enchainements à vitesse modérée pour « comprendre » la Corvette, j’ai besoin d’un temps d’adaptation à chaque nouvel essai, imprimer un rythme progressif me semble essentiel. Je prends mes marques, les commandes sont précises, bien loin de mes clichés sur les américaines, direction et boite renvoient un bon feeling, seule la pédale de freins parait un poil trop assistée.

Je compose avec ce gros moteur ultra coupleux, bien secondé par une boite à l’étagement impeccable et un châssis à la hauteur. Le rythme s’impose de lui même, soutenu avec aisance il devient très rapide si l’on applique la technique adaptée à l’architecture de la voiture. Il n’est pas nécessaire de rentrer trop fort sur les freins, le train avant est suffisamment précis pour placer la voiture sur un dégressif léger, les appuis sont bien maitrisés par les voies larges et l’amortissement efficace, plus proche de nos standards européens que je ne l’aurais imaginé. La boite de vitesses située à l’arrière contribue à cet équilibre, augmentant la motricité dès que le virage « s’ouvre » et que le pied droit s’autorise à libérer la cavalerie. L’ESP se montre assez discret, il intervient sur les remises de gaz un peu trop généreuses et canalise le couple plus qu’il ne vous empêche de mettre de la vitesse.
En mode sport la voiture devient plus permissive, elle se place facilement, prête à vous embarquer de tout son poids dans le rapide, mais la remise des gaz au bon moment permet de ressortir sur un couple présent à tous les régimes, regard au loin, roues en ligne et c’est reparti pour le triple galop infernal !
Les freins sont puissants et plutôt endurants dans cette configuration d’origine, je constate malgré tout un peu de fading qui n’évolue pas en cours de session, rien de dramatique.

Que reprocher à cette corvette en utilisation circuit ? Pas grand chose à dire vrai…. une pédale de frein au feeling moyen, un poids qui embarque un peu la voiture dans les enchainements et qui met surtout à mal les pneumatiques, générant de grosses surpressions à l’avant. Encore une fois, notre C6 est de série… Elle se révèle déjà très efficace et avec quelques aménagements adaptés elle deviendrait carrément redoutable !

On the road

Deux semaines après la session piste, c’est dans un contexte tout autre que je retrouve Olivier sous le soleil d’Angers pour un essai routier et la séance photos de sa C6.

Exit le casque, je peux profiter du sympathique glouglou du V8 au ralenti, c’est comme ça que se vit la Corvette l’essentiel du temps, bien calé dans le siège, on roule sur le couple et j’imagine combien les grands trajets deviennent une agréable formalité à bord de cette américaine, le vrai Grand Tourisme en somme.
En ville les dimensions de l’engin sont à garder en tête, la voiture joue le jeu des bouchons sans rechigner. C’est sur nos petites départementales que la C6 est la moins à l’aise, avec ses voies larges et son amortissement perfectible sur routes bosselées la caisse a tendance à pomper plus que de raison, ce qui incite naturellement à lever le pied pour garder le cap. Le train avant se cherche, tout comme le train arrière semble un peu en mal de motricité. Rien de dramatique mais dans ces conditions une « modeste »  mais très agile 205 Rallye pourrait, du haut de ses 103 poneys, lui donner bien du fil à retordre. Restons dans le sujet… la C6 n’a pas été conçue pour les petites spéciales mais pour dévorer l’asphalte des circuits internationaux !

En conduite « de tous les jours » la conso s’établit aux alentours des 12 litres aux cent… Le Cowboy qui sommeille en vous doit bien prendre en compte qu’un cheptel de 437 « mustangs », ça s’abreuve !

Conclusion

Pas d’esbroufe, ni de rodéo sauvage au volant de cette C6 qui s’avère bluffante sur la piste et utilisable sur route, on en regretterait presque le caractère sauvage des anciennes générations. Son authentique V8 sauce barbecue est un vrai morceau d’Amérique à lui tout seul, capable de vous transporter de 0 à 100 en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire ou d’endormir votre passager en ronronnant à 1200 trs/mn sur l’autoroute en 6ème. Le rêve américain s’offre à vous pour un prix plus que raisonnable sur le marché de l’occasion, mais dépêchez vous, ça risque de remonter d’ici quelques temps !

Une question me taraude pourtant l’esprit depuis la fin de cet essai, un talon/pointe en Santiag dans cette Corvette, possible ?

Points forts Points faibles
  • Ligne intemporelle
  • V8 sauce barbecue
  • Châssis efficace
  • Rapport prix/prestations
  • Conso « raisonnable »
  • Polyvalence
  • Feeling pédale de freins
  • Rigidité moyenne (longueur/poids…)
  • Peu à l’aise sur nos petites routes
  • Pas d’intérieur à franges !

Sous un autre angle…

Les liens utiles pour tout savoir sur la Corvette C6

Le site du Corvette Club de France regroupe les inconditionnels de la sportive américaine la plus célèbre, toutes générations confondues, le site est documenté et actif avec son forum : http://www.corvetteclubfrance.com/

Le Forum Corvette Passion, beaucoup d’actus, des infos et des membres dynamiques pour répondre à toutes vos questions : http://www.corvettepassion.com/

Corvette Gang France, un Club 100% Corvette organise des sorties, complet avec forum, news, conseils techniques et conseils d’achats :
http://www.corvette-gang-france.com/

Merci à Olivier pour le prêt en toute confiance de sa belle C6 sur route et sur le circuit Bugatti, sachez que c’est lors d’un voyage à Las Vegas que le virus l’a piqué, quand on loue une telle auto pour réaliser son périple dans le désert, forcément ça laisse des traces…

Stéphane M.
Photos –  Stéphane Muguet  –
Stéphane Muguet
Passionné de Sport Automobile, de techniques de pilotage et de technologie, j’aime partager et surtout échanger car les évolutions et avancées dans ce domaine sont infinies. Je reste convaincu que se remettre en question demeure la seule démarche pour progresser et avancer… Toujours plus vite.
http://www.driving-experience.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top