Vous êtes ici
Home > Essais Sportives > Lexus IS-F

Lexus IS-F

Soleil levant

Les berlines hautes performances vous tentent mais l’offre vous semble un peu étriquée ?  Il faut dire que ce segment, inconnu des marques françaises et trusté par les Allemands se résume pour ainsi dire aux sempiternelles BMW M3, Mercedes C63 AMG ou Audi RS4. Les performances sont de haut vol, la qualité irréprochable et les tarifs stratosphériques… Bref elles sont parfaites, ou presque… et c’est justement ce qui vous ennuie !
En jetant un œil du côté du soleil levant, vous pourriez bien tomber, au détour du mont Fuji sur une monture capable de rivaliser avec les teutonnes précitées, mais avec un petit goût de wasabi….

Il a un nom le samouraï ?
Une désignation plutôt… car cette Lexus qui a enfilé son kamishimo, fait partie du clan IS, berlines haut de gamme déjà agitées par des motorisations affutées. Cette IS coiffe la gamme et s’offre une terminaison F en référence au Fuji speedway, circuit situé juste au pied du mont Fuji, devenu depuis 2000 la piste d’essais privée du groupe Toyota. Autant dire que cette Lexus s’est préparée une belle carte de visite avant de débarquer sur le vieux continent…

Tenue de samouraï

Comme les guerriers japonais, notre Lexus tente de cacher son jeu en se couvrant de noir des jantes au becquet. Plutôt sobre et classieuse d’origine, la version sportive exprime ses prétentions dans un style typiquement japonais. Un œil un peu affûté remarquera toutefois que cette IS-F est équipée d’un kit carrosserie Wald, accentuant son agressivité par des appendices esthétiques plutôt bien intégrés.

À l’arrière, le diffuseur intègre deux doubles-sorties d’échappement superposées qui rendent la voiture bien identifiable sous cet angle. Descendue de quelques centimètres et posée sur des jantes de 19 pouces chaussées de pneus taille basse, l’originalité de l’ensemble ne plaira pas à tout le monde, mais personnellement j’adhère au style Manga de cette IS-F !

Yōkoso* !

*Bienvenue à bord !
Lexus propose par définition des prestations haut de gamme, ce qui se traduit à l’intérieur avec des habitacles soignés et des équipements complets. Notre version sportive s’offre quelques touches d’alu qui apportent un peu de contraste à un environnement un peu austère, presque germanique…
Les sièges tout électriques, bien dessinés, offrent une bonne position de conduite et un calage satisfaisant. L’ergonomie du poste de conduite est bien pensée, pas de fausses notes dans ce domaine. A l’instar des sièges, le volant est signé du « F » mais demeure très classique ;  les airbags systématiques ne permettent plus vraiment aux constructeurs de se démarquer dans ce domaine, dommage… Place à la sécurité mais il y a une époque où le volant était un accessoire qui avait du style !
Le point positif néanmoins : sa prise en main est agréable. Et en y regardant de plus près on aperçoit juste derrière les deux palettes pour changer les rapports d’un simple clic.
Le bloc compteur, très épuré avec ses chiffres blancs sur fond noir et ses aiguilles bleues, offre une bonne lisibilité. Un rapide coup d’œil suffit pour contrôler le régime moteur entre deux impulsions sur la palette de droite.

Petit clin d’œil stylistique au niveau des intérieurs de porte, les poignées de maintien en forme de L prennent la forme du logo Lexus !

S’il fallait pinailler, on pourrait regretter une qualité de matériaux un peu en retrait par rapport aux références. En revanche, niveau équipements, les teutonnes n’ont qu’à bien se tenir avec leurs catalogues d’options à rallonge… La Lexus marque ici des points en offrant de série un équipement pléthorique : sièges électriques en cuir, clim automatique, phares xénon, volant multifonctions, jantes 19 pouces, chargeur 6 DVD avec système audio haut de gamme, caméra de recul etc….

Plutôt spacieuse, notre Lexus limite officiellement son espace intérieur à 4 personnes, une berline 2+2 à l’instar de certains coupés très exigus… Un choix étrange qui rend la voiture exclusive mais qui peut lui fermer les portes à toute une clientèle attirée par ce type de voitures.

Un dragon sous le capot

C’est sans surprise un V8 qui se trouve sous le capot de la Lexus. Un beau bébé de 5.0L qui développe 423cv à 6 600 trs/mn avec une jolie valeur de couple de 51.5 mkg. Des chiffres qui la placent dans le haut du panier avec des performances détonantes, un 0 à 100 tombé en moins de 5.0s et une vitesse de pointe de 270km/h… pas mal !

L’autre pièce de choix de cette Lexus, c’est une boîte de vitesses à 8 rapports optimisée au point d’en faire à l’époque la boîte robotisée de série la plus rapide du monde, rien que ça.
Le châssis n’est pas en reste ; tout a été revu pour l’IS-F avec un cahier des charges pointu destiné à lui offrir des performances et un comportement dynamique dignes de son rang.

Lexus s’est donc donné les moyens de ses ambitions. Reste à voir sur la piste si la voiture se montre à la hauteur de sa fiche technique.

Banzaii

Les présentations étant faites, il est temps de mettre tout ce beau monde en marche 🙂
Première constatation, ce V8 a une sonorité fabuleuse… amplifiée ici par une ligne inox qui lui permet de s’exprimer comme un ténor  !

C’est sur le circuit Bugatti que l’essai de la bête a pu se concrétiser. Cyril me fait confiance pour quelques sessions de coaching. Cerise sur le gâteau, il me propose en fin de journée de prendre le volant de l’IS-F qui m’aura étonné tout au long de la journée et surtout donné envie d’en savoir un peu plus…
Sortie des stands, un Broaaarrr guttural propulse l’imposante berline dans la montée qui précède la chicane Dunlop ; ça chante et ça pousse sans faiblir. Le V8 avale l’ensemble du tracé avec une élasticité lui permettant de reprendre à tous les régimes. Le samouraï cavale d’un virage à l’autre, le V8 étant épaulé par une boîte qui se révèle aussi rapide que le laissait prétendre la fiche technique. Sa réactivité est quasiment au niveau des super sportives de dernière génération. Lexus a vraiment bien bossé son groupe motopropulseur : en performances l’IS-F se hisse au niveau des meilleures de sa génération.

Bluffé par la partie mécanique, quid des liaisons au sol ?

Pas mal du tout à vrai dire… Mieux que ça même pour une voiture avec un tel empattement et un « certain poids » sur la balance. Cette berline pour pères de familles pressés fait mieux que se défendre. J’ose même la qualifier de dynamique et précise. Elle arrive fort, ne rechigne pas à entrer avec de la vitesse dans le rapide et se défend même dans le serré ; le feeling la rend vraiment plaisante à emmener sur une piste comme le Bugatti. Une fois bien calée en appui, l’accélérateur et le couple du V8 lui donnent de l’agilité en sortie, et pas la peine d’avoir le pied lourd pour ça…
A la limite c’est sur les entrées qu’elle va dévoiler sa faiblesse en tirant du nez vers l’extérieur, même sur les freins. Malgré tout le sous virage reste contenu et en attaquant les virages proprement, il est possible de profiter du potentiel moteur / châssis pour s’extraire avec du gros gaz…

Les freins sont plutôt bien dimensionnés pour un usage routier. Mais sur piste on a l’impression que les ingénieurs Lexus ont piqué les fiches techniques de BMW Motorsport…. Une petite optimisation de ce côté-là ne serait pas un luxe, tout ça manque un peu de consistance et d’endurance.

Conclusion

Cette IS-F est une vraie découverte !
Confidentielle chez nous, Lexus lui a concocté un développement à la hauteur de ses prétentions. Et si on l’imagine davantage taillée pour dévorer les autoroutes allemandes à des vitesses délictuelles (chez nous), elle ne se dégonflera pas si on la pose sur l’asphalte d’un circuit. Étonnamment réactive à tous les niveaux, elle surprend à chaque virage et invite à en rajouter davantage tours après tours… ça va vite, on se prend au jeu ; on en oublie qu’il y a 4 portes et que le volant n’est pas signé d’un M mais bien d’un F…

Depuis cet essai la voiture de Cyril a subi une « petite » optimisation pour un usage circuit. Peut-être l’occasion d’un nouvel essai pour vérifier les bénéfices de cette préparation, on remet ça quand Cyril 😉 ?

Points forts Points faibles
  • Alternative originale aux allemandes.
  • Très beau V8, performant et musical.
  • Excellente boîte de vitesses.
  • Efficacité châssis, homogénéité.
  • Qualité générale.
  • Moins parfaite qu’une allemande !
  • Freinage d’origine… sur piste !
  • Diffusion confidentielle chez nous.

 Sous un autre angle…

Les liens utiles pour tout savoir sur la Lexus IS-F

Bienvenue dans le désert… Peu courante, presque boudée par chez nous, l’IS-F plonge son propriétaire dans un grand bain de solitude quand il s’agit d’aller à la pêche aux infos. C’est principalement sur des sites anglophones que le passionné trouvera son bonheur, quelques adresses à consulter sans modération :

Club Lexus : Forums spécialisés Lexus, une zone est réservée à l’IS-F, technique, impressions, échanges mais le tout en anglais.
http://www.clublexus.com/forums/is-f-2008-2014-200/

Lexus Owners Club : Site avec parties techniques, descriptions des modèles et forum pour échanges entre les passionnés.
http://www.lexusownersclub.co.uk/

Facebook : Page Facebook consacrée à l’IS-F, actualités et informations générales sur le modèle, en anglais comme toujours il vous faut un compte Facebook pour accéder aux contenus…
https://www.facebook.com/pages/Lexus-IS-F/105604732807183?fref=ts

 

Texte et photos statiques Stéphane Muguet
Photos piste Pierre Bruno

Stéphane Muguet
Passionné de Sport Automobile, de techniques de pilotage et de technologie, j’aime partager et surtout échanger car les évolutions et avancées dans ce domaine sont infinies. Je reste convaincu que se remettre en question demeure la seule démarche pour progresser et avancer… Toujours plus vite.
http://www.driving-experience.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top