Vous êtes ici
Home > Essais Sportives > Porsche 991 GT3 RS

Porsche 991 GT3 RS

991 GT3 RS

Connectée à la piste !

Au-delà des performances exceptionnelles dont bénéficie toute sa gamme, Porsche a pour mission de transmettre un « petit plus » à chaque génération de GT3, une  équation complexe visant à parfaire l’osmose entre le pilote et la machine pour un plaisir de pilotage exacerbé. A l’heure où les voitures connectées permettent aux conducteurs de ne plus quitter leurs environnements numériques, on constate que même les plus performantes GT ne sont plus toujours capables de transmettre au pilote les sensations et l’émotion que procurent de plus modestes ou plus anciennes sportives. 
Amis pilotes, réjouissez vous ! Porsche a tout compris et sa 991 GT3 RS reste connectée à l’essentiel…. la piste !

Résolument moderne

Si la silhouette de la 911 demeure intemporelle, cette 991, énième évolution du dessin originel apparait comme résolument moderne. Surprenante par ses dimensions qui augmentent encore et toujours pour une course à la démesure qui la rend aujourd’hui presque aussi large que longue, elle devient bestiale mais reste fidèle à ses aïeules, un véritable défi esthétique auquel se livre le bureau de style Porsche depuis plus de 50 ans !
Dans le détail, impossible de faire l’impasse sur ces roues en 325/30/21 à l’arrière et 265/35/20 à l’avant (la monte arrière du Cayman S…) qui donnent l’impression que la GT3 RS n’est pas juste posée, mais littéralement ventousée à l’asphalte, même à l’arrêt…

Autres signes distinctifs de cette génération, des ailes avant ajourées et un énorme aileron réglable pour améliorer l’appui, pour la discrétion vous repasserez… mais avouez qu’associé à cette teinte Orange Fusion l’ensemble est à tomber ! Au chapitre de ce qui ne se voit pas mais contribue aux améliorations techniques, on peut citer le pavillon en magnésium plus fin mais plus rigide et léger que l’aluminium qui compose celui d’une « simple » GT3, ou encore les vitres arrière en polycarbonate, plus « light » elles aussi.

Ergonomique

À l’intérieur c’est un sans-faute, même dans cette déclinaison RS à vocation piste pour laquelle Porsche a fait un semblant de  chasse au poids. Finition parfaite et clins d’œils sympas à l’esprit des sportives light des années 60 / 70, à l’instar des poignées de portes qui cèdent la place à de fines lanières couleur carrosserie, une touche marketing joliment intégrée qui ne compensera pas, sur la balance, la liste des équipements dont est pourvue notre RS, clim, écran multifonctions et autres éléments de confort en tête, mais vous pourrez toujours demander à ce que certains équipements de série restent sur le catalogue, car chez Porsche, les accessoires en moins… c’est gratuit !

Les magnifiques baquets en carbone se règlent manuellement, à l’exception de la hauteur qui peut s’ajuster électriquement, encore un petit bémol côté poids mais au final un gros point positif pour la position de conduite. À l’arrière les minuscules places d’appoint ont totalement disparu au profit d’un arceau superbement intégré et bien plus utile pour une utilisation piste, ultime trait d’union entre le véhicule de série et la machine de course il complète, avec les harnais, la panoplie du parfait gentleman driver.

Notez sur les photos le mélange de matériaux et le contraste des couleurs, du cuir au carbone en passant par l’alcantara, associé au métal et quelques touches de broderies pour un habitacle juste sublime !

Révolution PDK

Me voilà aujourd’hui face à une nouvelle espèce menacée : non pas que les sportives de cette envergure soient en voie d’extinction, les constructeurs redoublent au contraire d’imagination et d’orgueil depuis quelques années pour nous proposer des engins toujours plus puissants et exceptionnels.
Je fais plutôt référence aux moteurs atmosphériques, ces mécaniques ultra-rageuses capables de prendre des tours à n’en plus finir, hurlant jusqu’à vous hérisser tous les poils du corps lorsque l’aiguille s’affole vers la zone interdite du comte-tours. Après Ferrari et sa 488 GTB, c’est Honda qui vient de succomber à l’appel de la soufflerie pour sa nouvelle génération de Civic V-Tec. Deux constructeurs qui ont tour à tour développé les mécaniques de série atmosphériques aux rendements les plus élevés, une ère mécanique semble s’éteindre peu à peu…

Cette 991 RS serait-elle la dernière de son espèce ? Rien n’est moins sûr, alors après le fabuleux V8 atmo de la Ferrari 458 Speciale, profitons de ce Flat 6 4.0L atmo à la fiche technique jubilatoire, avant qu’il ne soit mis sous respirateur artificiel…
Le 6 à plat reprend la cylindrée de la 997 RS 4.0L et ses 500cv, il a subi au passage quelques modifications notoires visant à en garder le meilleur, tout en le fiabilisant, bonne nouvelle pour la mécanique même si l’on pourrait regretter les quelques tours minutes perdus en régime maxi, mais ce serait faire la fine bouche quand on sait que l’aiguille du compte tours est encore capable de s’envoler à 8 800 tr/mn !
Si vous voulez les chiffres pour la forme, les voici : 500cv pour 460Nm de couple à 6 250 tr/mn, un rendement de 125cv/L et un rapport poids puissance de 2,84Kg/ch. De quoi abattre le 0 à 100 en 3.3 secondes et atteindre 310Km/h en pointe*.
*sur autoroutes (les lignes droites des circuits intéressants sont trop courtes, mais chut…) 

La grosse nouveauté, c’est derrière le volant qu’elle se trouve, deux petites palettes en aluminium qui trahissent la présence d’une boîte PDK… Sacrilège pour certains, inévitable évolution pour d’autres ; admettons simplement qu’à bord d’une GT3, c’est tout bonnement une révolution.
Pas de mystère cependant sur l’efficacité du gadget, Porsche a certainement concocté le meilleur pour sa pistarde et il faut se faire à l’idée que la réactivité sera supérieure à ce que l’on peut espérer d’un bras droit en pleine forme sur une boîte mécanique…
En réalité il faudra plutôt se faire une raison et garder en mémoire le maniement du petit levier accompagné des relances moteur au pied droit à chaque descente de rapport, à partir de maintenant tout se fera avec 2 doigts, comme sur votre smartphone…. Bienvenue dans l’ère digitale !
Cette nouvelle transmission comporte 7 rapports, et 7 c’est bien… ça fait déjà quelques clics sur un tour de piste, à droite lors des accélérations et à gauche lors des phases de freinage.

Autre révolution pour la marque : un système à 4 roues directrices qui va permettre d’augmenter encore et toujours les vitesses de passage en courbe à haute vitesse, mais surtout vous aider lors des créneaux en ville (barrez la mention inutile).

Le freinage est confié à des disques acier ou carbone céramique en option, de dimensions identiques à l’avant et à l’arrière (380mm), ils sont pincés par des étriers 6 pistons devant et 4 derrière, de quoi faire honneur à la réputation de Porsche sur ce point.

RS comme… Royaume des Sensations

Posée statutairement sur ses immenses jantes, la RS intimide ; dans la voie des stands elle ressemble davantage à une bête de course encore vierge de toute décoration qui va partir pour une séance d’essais privés qu’à une voiture de route venue défouler son gentleman driver de propriétaire sur piste…
Docile au premier abord, facile à emmener sur un rythme rapide, cette RS pourrait vous faire croire que vous êtes devenu pilote en quelques tours. Sans forcer vous êtes déjà plus rapide que jamais, et vous n’avez pas encore exploité le tiers de ce qu’elle est prête à vous offrir…
Pour franchir le stade du pilote médiocre mais rapide, il va falloir puiser dans les ressources et appliquer au mieux tout ce que vous avez appris, parce que le potentiel du châssis, les 4 roues directrices et les Michelin Pilot Super Sport sont là pour décaler toutes les limites physiques imposées jusqu’à présent à la plupart des voitures de série.

Bon, comme vous avez déjà pris les commandes d’une Lamborghini, d’une Ferrari ou d’une GT3 ancienne génération, vous êtes un peu rassuré… Alors, oui mais… En fait, non…

Ce qui s’applique ailleurs va demander ici un peu d’adaptation, car si une 458 Speciale est une redoutable pistarde, elle profite aussi de ces différents modes électroniques qui la rendent pointue mais joueuse à la limite, devenant ludique avec quelques notions. Cette RS, en revanche, n’est visiblement pas là pour vous amuser, mais pour vous défier en permanence de trouver ses limites… qui semblent reculer à chaque tour, quel que soit le mode sélectionné, à se demander si elle est votre alliée ou votre adversaire car à ce petit jeu la machine pourrait bien prendre quelques longueurs d’avance sur vous…

C’est bien beau la technologie, repousser les limites de la machine, de la physique… Mais le feeling dans tout ça ?

Rassurez-vous, il est préservé et même exacerbé tellement les informations parviennent jusqu’à vous avec les bons filtres, c’est à dire sans à-coups ou vibrations parasites, la direction envoie les roues avant précisément où vous le souhaitez avec un très bon retour sur le grip disponible et le train arrière n’est pas en reste avec une réserve de motricité qui semble inépuisable…

Et ce moteur ? Juste un régal à 3 visages qui change une première fois de registre vers les 4000trs et se transforme littéralement en pétard sifflant pour les 1000 derniers tours minutes. Avec la boîte PDK le pilotage se prodigue au doigt et à l’œil : très réactive et bien étagée, on fini par l’oublier et automatiser les clics sur les palettes, moins de mouvements parasites, plus de concentration et au final d’efficacité. On semble s’approcher d’un cahier des charges simplifié à l’extrême qui en devient parfait : je tourne… ça tourne, je freine… ça freine et quand j’accélère… ça pousse tout le temps… la bonne équation en somme !

La traduction sur piste, c’est une voiture qui rentre fort en virages, qui se cale à des vitesses supersoniques pour jouer avec la force centrifuge (et non plus la subir), qui donne l’impression de pouvoir ré-accélérer toujours plus tôt en sortie grâce aux Michelin qui procurent une motricité sans faille. Alors on en remet encore et encore jusqu’au moment où…. il va falloir être très réactif sur le cerceau pour reprendre la trajectoire qui se dérobe sous vos pneus… vous l’avez cherchée la limite ? bravo ! Vous l’avez trouvée…. Maintenant c’est à vous de gérer l’équation  😉

Redéfinir la perfection

Comment tutoyer la perfection ? Une question que Porsche ressasse à chaque nouveau cahier des charges siglé « RS »;
La réponse ? Elle est simple comme un défi technique… Redéfinir à chaque fois tout ce qui fait déjà référence : des freinages plus puissants, des passages en courbe plus rapides, des accélérations plus fortes.

Passionnante et performante, la RS est devenue une machine prête à faire une démonstration technologique à ceux qui en prendront le volant. Une nouvelle étape semble franchie dans le clan des super-sportives, pour preuve, cette GT3 RS passe au chrono devant la Carrera GT, l’une des meilleures Supercar du marché il n’y a pas si longtemps. Des performances qui demandent aux pilotes occasionnels davantage que de simples notions de conduite rapide pour exploiter son potentiel (pas indispensable pour se faire très très plaisir à son volant !), les vitesses atteintes aussi bien en accélération/freinage et encore plus en latéral imposent une rigueur de pilotage extrême, car si la RS tente la perfection, elle n’en attendra pas moins de vous…

Cette GT3 RS est déjà un collector…  Il est pourtant possible d’en prendre le volant grâce à Motorsport Academy, une expérience absolument unique à ne manquer sous aucun pretexte ! 

Un grand merci aux circuits du Mans pour la séance photos sur le circuit technique de Maison Blanche. Automobile Club de l’Ouest, circuit des 24 Heures du Mans  – 72000 Le Mans

Points forts Points faibles
  • Feeling / connectée à la piste !
  • Grip latéral impressionnant
  • Moteur Atmo explosif
  • Réactivité boite PDK
  • Freinage Porsche
  • Finition / qualité de fabrication
  • Déjà collector
  • Plus de boite méca…
  • « Impression » de facilité

Les liens utiles pour tout savoir sur la Porsche 991 GT3 RS

Si les sites faisant référence à Porsche ne manquent pas, ceux dédiés à l’exclusive RS qui illustre cette page sont plus rares… mais voici quelques bonnes adresses à consulter sans modération :

Club Porsche : Site de la fédération des Porsche Club de France, regroupe les liens vers les différents Club Porsche régionaux.
http://www.porscheclub.fr/

Porsche Club Motorsport : Le site pour les passionnés de la piste et, à fortiori, de la, GT3, on y trouve les dates des sorties circuits ou compétitions officielles ainsi que sont regroupées ici.
http://www.club-porsche-france-motorsport.fr

Stéphane Muguet
Textes et photos statiques
Sébastien Gaudin
Photos statiques et piste

LC Reportage
Photos piste
Stéphane Muguet
Passionné de Sport Automobile, de techniques de pilotage et de technologie, j’aime partager et surtout échanger car les évolutions et avancées dans ce domaine sont infinies. Je reste convaincu que se remettre en question demeure la seule démarche pour progresser et avancer… Toujours plus vite.
http://www.driving-experience.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top